Manifestation

Réforme Blanquer de l’éducation prioritaire : mobilisation à Soyaux le 27 mai 2021

UN CAILLOU DANS LA CHAUSSURE

Depuis la rentrée 2020, Nathalie Elimas, secrétaire d’état chargée de l’éducation prioritaire, réalise une espèce de Tour de France pour faire la promotion de son projet de réforme et signer quelques contrats. Oui oui, des contrats, comme en entreprise. Autant vous dire que le concept ne nous plaît pas beaucoup. Pour Sud Éducation, comme pour de nombreux collègues, de l’éducation prioritaire ou pas, pour nous tous(tes) qui dénonçons depuis des années, la marchandisation de l’Éducation, ce projet va à l’encontre du principe fondateur d’un service public d’éducation qui doit lutter contre les inégalités.

Du coup, nous avons voulu lui faire savoir.

Retour sur le calendrier de notre fin-mai

ou “Petit nécessaire à l’organisation d’une mobilisation “express”, en 13 conseils”

Mi-mai

Des collègues de l’école Jean Monnet (REP+ Soyaux) nous apprennent que dans le cadre de son Tour de France de l’éducation prioritaire, N.E. sera présente en Charente le jeudi 27 mai.

1er conseil : favoriser les échanges entre les écoles, sur les sujets de l’éducation et sur les sujets politiques. Non, ce n’est pas un gros mot.

Leur école est d’abord sollicitée pour l’accueillir, notamment parce que le projet Cogni’sciences proposé par le ministère a été mis en place par quelques collègues dans l’école, par curiosité pédagogique.

2ème conseil : ne pas se laisser endormir par les compliments de notre administration (variante du 3ème conseil)

Certaines collègues de l’école J. Monnet font savoir qu’elles seront peut-être en grève ce jour-là, pas très enclines à recevoir Mme N.E..

Coïncidence : 2-3 jours plus tard, les collègues nous informent qu’elle décline finalement, elle avait oublié qu’elle avait une cérémonie au même moment.

3ème conseil : ne pas croire aveuglément les dires de notre administration

Nous nous rendons compte que beaucoup d’entre nous ne sommes pas au fait des tenants et des aboutissants de ce projet de réforme de l’Éducation Prioritaire. On en a entendu parler en 2019, on se rappelle avoir eu des inquiétudes mais, hors d’un danger imminent, le quotidien a repris le dessus.

4ème conseil : veiller à lever le nez du guidon, ça évite de se prendre violemment le mur sans l’avoir vu venir

Nous décidons de réunir toutes celles et ceux qui sont intéressés et/ou se sentent concerné-e-s. On pourra échanger des infos et décider collectivement d’actions à organiser.

5ème conseil : appliquer le 1er conseil par l’organisation d’AG, chaque fois qu’on en ressent la nécessité

Vendredi 21 mai

12h15- 13h30 : Assemblée Générale à l’école Célestin Freinet puis déménagement pour cause de météo à Édouard Herriot (REP+ de Soyaux).

6ème conseil : ne jamais se laisser stopper par des conditions météorologiques défavorables (variante du 8ème conseil)

Décisions de l’AG qui a réuni 18 collègues de la maternelle au collège des REP+ de Soyaux et de Basseau-Grande Garenne :

– déposer massivement des déclarations d’intention de grève pour le jeudi 27 mai, en profitant du préavis déposé par SUD Grenoble

¤ pour mettre la pression à notre administration

¤ pour se donner les moyens d’organiser un comité d’accueil quand on saura dans quel(s) lieu(x) N.E. se rendra

– appel aux écoles à faire des pancartes, banderoles

– appel à un rassemblement (enseignants, parents d’élèves, syndicats, habitants du quartier, tout citoyen se sentant concerné) le jeudi 27 mai à 12h30, devant l’école Jean Monnet du REP+ de Soyaux

7ème conseil : établir un plan d’action ambitieux mais pas trop, à la mesure de nos moyens

Mercredi 26 mai

Des membres du collectif Profmotivé16* sont informés que N.E. sera le jeudi 27 mai à Soyaux, à 8h40 au pôle culturel Soëlys et après 9h à la maternelle Charles Perrault. Pas le temps de s’organiser pour être nombreux en grève le lendemain matin (par respect pour les familles de nos élèves), mais rune furieuse envie de ne pas laisser se dérouler ces visites en toute quiétude.

8ème conseil : ne pas se laisser démotiver par des circonstances défavorables quand, collectivement, on estime avoir une lutte à mener

Jeudi 27 mai

– Le matin très tôt : slogans de toutes les couleurs bombés sur la route, devant l’école maternelle Charles Perrault. “Madame Elimas, vous n’êtes pas la bienvenue”, “Ecole de la CONfiance”, “Blanquer démission”, “NON aux C.L.A.”, …

9ème conseil : lors d’un accueil par messages écrits, disposer de suffisamment de bombes de peinture en état de fonctionnement, opter pour des slogans explicites pour tous-tes et pour la personne visée, laisser aller son imagination

*Promotivé16 : collectif d’enseignant-e-s de Charente créé en 2020 lors des mobilisations contre le projet de réforme des retraites du gouvernement Macron

– Entre 8h et 8h40 : un comité d’accueil d’une dizaine d’enseignant-e-s se poste devant Soëlys avec pancartes et banderoles préparées depuis l’AG du vendredi. Un membre des forces de l’ordre présent, nous propose de nous prendre en photo avec un de nos téléphones. Nous acceptons avec gratitude.

10ème conseil : n’écarter aucune bonne volonté, surtout si elle est improbable !

– 8h40 : Slogan scandé à l’arrivée de N.E. non-stop, alors qu’elle tente de nous faire taire en passant devant chacun-e d’entre nous, nous saluant et tentant d’engager un pseudo-débat sur le parvis. “Blanquer casse l’éducation prioritaire !”

11ème conseil : prévoir à l’avance un ou plusieurs slogans clairs

– 8h45 / 12h00 : chacun-e d’entre nous est dans son école et assure son service

12ème conseil : la grève est plus adaptée pour pouvoir participer collectivement au actions prévues

12h30 : rassemblement d’une cinquantaine de collègues des REP+ de Soyaux et Basseau-Grande Garenne, enseignant-e-s hors éducation prioritaire, militants syndicaux, sympathisants attachés à la défense d’un service public d’éducation équitable pour tous-tes et dans tous les territoires. Stand café/gâteau organisé par SUD. Presse locale présente ; articles dans la journée et le lendemain.

13ème conseil : joindre l’utile à l’agréable, prévoir des douceurs à prix libre sur le lieu d’un rassemblement, au départ ou à l’arrivée d’une manifestation, ce qui permet de démarrer une caisse de solidarité par exemple

Finalement, le jeudi 27 mai 2021, les différentes actions militantes qui ont ponctué l’étape charentaise du tour de France de Nathalie Elimas, illustrent que le fait de croire en la force du collectif et la faire vivre, permet de défendre les valeurs, au cœur de notre métier d’enseignant-e-s en Éducation Prioritaire. Cela aura placé un petit caillou dans la chaussure de la secrétaire d’état, histoire de ralentir un tant soit peu sa course et annoncer que la lutte contre ce projet nocif ne fait que commencer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.